Mot de bienvenue du Secrétaire Général de la CIMA

 

Chers internautes, chers lecteurs ;

La CIMA est un exemple unique d’intégration de la régulation et de la supervision de l’industrie des assurances regroupant 14 pays d’Afrique de l’ouest et du centre. Cette intégration permet à des entreprises d’assurance de dupliquer facilement d’un État membre à l’autre les exemples de réussites et les bonnes pratiques.

La mission de la CIMA est de travailler au développement sain et harmonieux de l’industrie des assurances en assurant la protection des assurés et bénéficiaires de contrats et la stabilité financière des économies.

Cette organisation intégrée alliée à l’engagement de l’ensemble des parties prenantes a permis au secteur d’enregistrer des progrès significatifs au cours des dix dernières années. Le taux annuel moyen de croissance se situe à 9%. Les placements réalisés par les assureurs dans les économies des différents États membres se chiffrent à 2.073 milliards de F CFA en 2017 pour 1.830 milliards de F CFA de provisions techniques.

Sur le plan de la protection des assurés et bénéficiaires de contrats, les règlements pris par le Conseil des Ministres, les travaux et injonctions de la Commission Régionale de Contrôle des Assurances et les contrôles effectués par le Secrétariat Général de la CIMA à travers ses brigades ont permis de changer et de faire évoluer positivement, de nombreuses pratiques du marché, en vue d’un traitement équitable des assurés et bénéficiaires de contrats. Les sinistres payés en 2017 s’élèvent à 528 milliards de F CFA.

Toutefois, la confiance du grand public à l’égard du secteur des assurances est loin d’être acquise. Des réformes restent à conduire pour améliorer significativement l’image du secteur et permettre aux assureurs d’exploiter tout le potentiel de croissance de l’assurance dans chacun des États membres.

L’une des contraintes majeures réside dans les nombreux obstacles dans le processus de prise en charge et d’indemnisation des victimes en cas d’accident de la circulation. Au regard de la place prépondérante de l’assurance automobile en zone CIMA et des impacts économique, social et réputationnel, l’identification et l’élimination des obstacles au processus d’indemnisation demeurent un réel sujet de préoccupation.

En outre, les questions relatives à la digitalisation, à l’évolution des canaux de distribution des produits d’assurance, à la performance des systèmes d’information, à la rentabilité des produits d’assurance vie, à l’évolution des marchés financiers, à la consolidation et à l’unification des marchés constituent également un sujet de préoccupation.

Le Secrétariat Général de la CIMA mène en concertation avec toutes les parties, prenantes des réflexions et de travaux pour adresser ces questions et opérer les transformations importantes attendues pour un développement plus important de l’industrie des assurances et un meilleur service aux assurés et bénéficiaires de contrat.

Notre site internet constitue un instrument privilégié pour échanger avec vous sur toutes ces questions et vous tenir continuellement informé des évolutions et des progrès enregistrés.

 

 

Je vous remercie

Le Secrétaire Général,
Issofa NCHARE